forums et elevage furets, visons Furet - Vison
Forum - Elevage
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher    GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Carnivore strict: Besoins alimentaires et vitamines du furet, des carnivores stricts

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Forum furet-vison » Fiches Info furet, vison » La nourriture, l'alimentation des furets, des visons
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur


Inscrit le: 24 Oct 2008
Messages: 1 977

MessagePosté le: Dim 2 Nov 2008 - 12:52    Sujet du message: Carnivore strict: Besoins alimentaires et vitamines du furet, des carnivores stricts Répondre en citant

BESOINS ALIMENTAIRES DU FURET, DES CARNIVORES STRICTS 

donc le furet qui est un carnivore primaire, un carnivore extreme, le carnassier par excellence.

Le carnivore strict a un important besoin de protéines car c’est le nutriment que son organisme est le moins habilité à synthétiser.

Les protéines constituent le matériau structurel majeur de pratiquement tous les tissus vivants : cheveux, peau, ongles et muscles. L'organisme de l’animal contient des milliers de protéines différentes, qui n'ont pas toutes la même fonction, mais qui sont toutes fabriquées à partir d'unités plus petites appelées acides aminés. Certains acides aminés peuvent être fabriqués dans le corps, d'autres doivent être apportés par l'alimentation.
Les acides aminés essentiels sont apportés à l’organisme grâce à la transformation des aliments par la digestion, suivie de l'assimilation par les intestins.80 à 90 % des protéines ingérées par un carnivore strict doivent être animales car celles ci sont essentielles au bon fonctionnement de l'organismeDeux acides aminés en particulier sont essentiels car non synthétisés :
L’arginine : On en trouve dans les tissus d’origine animale, telle que le muscle, la peau ou le poil. Elle participe à l'élimination de certains déchets toxiques produits par l'organisme.  La carence en arginine peut entraîner coma et mort.
La taurine : On en trouve également dans les tissus d’origine animale et, en quantité négligeable, dans les aliments végétaux, une carence en taurine peut entraîner de graves troubles cardiaques et oculaires.





Composés essentiels de la cellule vivante, les protéines ajustent le métabolisme, concourent à la structure des parois cellulaires et forment les fibres musculaires. Les protéines sont donc essentielles à la bonne croissance et au tonus musculaire. Indispensables à l’organisme pour la construction et la réparation des tissus, elles sont, de ce fait, particulièrement importantes pour les jeunes les femelles gestantes ou allaitantes, et tous les animaux en convalescence. Elles représentent également une source de calories importante dans l’alimentation de l’animal. L'apport de glucides n'est pas indispensable, car ceux-ci peuvent être fabriqués à partir des protéines (néoglucogénèse).. les glucides déjà présents dans la composition d'un aliment ménager peuvent être mal assimilés et engendrer des troubles digestifs lorsqu'on dépasse les 25 à 30 % d'amidon.

Les lipides viennent en second dans l’importance des apports nutritionnels nécessaires au carnivore strict, ils entrent pour 10 % minimum dans la composition de sa ration alimentaire. Dans ces 10 %, l'acide linoléique et l'acide linolénique d'origine végétale et l'acide arachidonique apporté par la viande sont essentiels. Une carence en ces trois acides résulte, par exemple, en un pelage sec et sans lustre, ou en des problèmes de reproduction. Les corps gras sont également riches en vitamines A, D, E et K, vitales pour la santé et le bien-être de l’animal. De plus, les graisses donnent du goût et de la consistance aux aliments.Chaque activité du carnivore strict nécessite l'aide de vitamines parce qu'elles constituent des catalyseurs essentiels aux réactions chimiques. Il existe des vitamines solubles dans les graisses : les vitamines A, D, E et K, ainsi que des vitamines solubles dans l'eau : la vitamine B1 (thiamine), la vitamine B2 (riboflavine), la vitamine B6, la vitamine B12 (cobalamine) et la vitamine C.


Les vitamines hydrosolubles :

La vitamine B1, ou thiamine, est indispensable au bon fonctionnement des réactions chimiques faisant intervenir les glucides. Son action intervient également dans la régulation de l’activité du système nerveux. Elle est sensible à la chaleur (qui la détruit), à la lumière et aux pH neutres et alcalins. Elle est emmagasinée dans l’organisme en très petite quantités, et  son excédent est éliminé dans l’urine. On trouve de grandes quantités de vitamine B 1. dans la viande de porc, les viandes blanches, les œufs et plus généralement les muscles, les reins, le foie et le cerveau. La diminution des besoins en vitamine B1 se fait sentir quand l’alimentation est riche en graisse, et l’augmentation des besoins quand l’alimentation contient du sucre.
Des carences en thiamine entraînent des atteintes cardiaques et du système nerveux central, et une faiblesse musculaire, quant-à l’hypervitaminose (apport trop important de vitamine B1), elle est très rare.




La vitamine B2, appelée également lactoflavine, ovoflavine ou riboflavine, intervient dans les réactions qui libèrent de l’énergie permettant aux cellules, aux protéines, aux lipides (graisse) et aux glucides d’être métabolisés convenablement par l’organisme (participer aux réactions chimiques du corps humain). On la trouve dans la viande, les abats et la levure. Elle est très sensible à la lumière, au pH alcalin (contraire d’acide) et disparaît le plus souvent dans la cuisson des aliments.La carence en vitamine B2 engendre une hypersensibilité à la lumière, des troubles de la vue, des problèmes d’équilibre, de peau et de muqueuses.


La vitamine B 6, appelée également pyridoxine, est fragile et s’altère la lumière. Elle est présente dans la viande, le foie, les rognons, le lait et la levure, et intervient essentiellement dans le métabolisme (réactions chimiques de l’organisme) de Surprised Acides aminés (éléments de base constitutifs d’une protéine)
o Certaines hormones : oestrogènes, progestérone, testostérone, corticostéroïdes (cortisone)
o La synthèse (fabrication) de l’hémoglobine (protéine associée à du fer permettant le transport de l’oxygène et du gaz carbonique dans le sang)
o Neurotransmetteurs (substances présentes dans l’organisme qui permettent la transmission de l’influx nerveux entre les neurones)
o La fabrication des enzymes (éléments de très petite taille de nature protéique permettant certaines réactions chimiques dans l’organisme)
o Glycogène (association de molécules de sucre sous la forme d’une longue chaîne mise en réserve, dans le foie en particulier, et dans les muscles)
o De l’appareil immunitaire (système permettant la défense de l’organisme contre les corps étrangers : microbes, allergènes, etc...)
Des carences en vitamine B6 provoquent des troubles neurologiques, l’amaigrissement, l’anémie, des atteintes cutanées : sécheresse de la peau et démangeaisons et l’irritabilité.




La vitamine B 12 (En anglais : cyanocobalamin.) joue un rôle dans la maturation des globules rouges à partir des cellules souches, mais également de la synthèse des acides gras et de certains acides aminés. La vitamine B12 est synthétisée (fabriquée) par les bactéries.On la retrouve également dans les aliments contenant des protéines animales, surtout dans la viande, le foie, la volaille, les produits laitiers (sauf le beurre) et les œufs, on ne la trouve pas dans les végétaux. Le foie est capable de stocker la vitamine B12 pendant un temps relativement long (3 à 4 ans). Elle est inactivée par la chaleur, la lumière, les rayons ultraviolets et les solutions acides ou basiques. Elle a un rôle actif dans le tube digestif, le système nerveux et la moelle osseuse où elle intervient dans la synthèse de l’ADN.Après son absorption au niveau de la troisième partie de l'intestin, (absorption qui nécessite la présence de calcium), la vitamine B 12 se lie avec une protéine se détruisant à la chaleur et fabriquée par la muqueuse de l'estomac, le facteur intrinsèque. L'absorption de cette vitamine se fait dans la dernière partie de l'intestin grêle. En l'absence du facteur intrinsèque, qui est une glycoprotéine (protéine associée à un sucre) sécrétée par l'estomac, cette absorption est impossible. Sans vitamine B12, les érythrocytes (globules rouges) ne se divisent plus mais continuent à augmenter de volume.L'anémie qui survient en cas de carence en vitamine B 12 n'apparaît que lorsque la réserve en vitamines B12 dans le foie est réduite à 1/10.



La vitamine C, Appelée également acide ascorbique, intervient dans divers mécanismes, en particulier o La production de neurotransmetteurs (substances qui permettent la transmission de l’influx nerveux entre les cellules nerveuses) o Les réactions chimiques concernant le glucose (sucre) dans l’organisme o La fabrication des glucocorticostéroïde (cortisone)
o La fabrication du collagène (protéine participant au soutien des tissus)
o En favorisant les réactions immunologiques (système de défense de l’organisme)
o L’assimilation et la formation de l’acide folique (appelé également vitamine B9 ou folate). Il s’agit d’une vitamine du groupe B intervenant dans la fabrication de l’ADN, dès qu’une cellule de l’organisme nécessite un renouvellement rapide (cellules du sang, de l’estomac, des intestins, de la bouche)
o Le métabolisme (réaction chimique faisant intervenir différents constituants de l’organisme) de certains acides aminés (éléments constitutifs de base des protéines)
o La neutralisation des radicaux libres (éléments présents dans certaines cellules, très toxiques et nécessitant des substances chargées de les neutraliser. Leur accumulation serait à l’origine du phénomène vieillissement et peut-être de l’athérosclérose).
o En favorisant l’absorption du fer par le tube digestif.
La vitamine C est rapidement détruite par la chaleur, la lumière, et les substances alcalines. Elle est stockés dans l’organisme au niveau des glandes surrénales (glandes situées au-dessus de chaque rein), l’intestin, la rétine, l’hypophyse (glande " chef d’orchestre " régulant l’ensemble de toutes les glandes de l’organisme). L’excédent de vitamine C est éliminé par les urines.
Des carences en vitamine C entraînent des troubles de la croissance des dents et des os, une mauvaise circulation voire anémie, la dégénérescence des muscles et des cartilages et la perte de poids. Elle peut être à l’origine de cancers, cataractes et maladies cardio vasculaires




Les vitamines liposolubles

La vitamine A, la vitamine K, la vitamine D : appelée également calciférol ou facteur anti-rachitique et joue les rôles suivant dans l’organisme Surprised absorption du calcium au niveau de l’intestin
o fixation du calcium sur le tissu osseux (action contre le rachitisme) o action au niveau du rein, en permettant la réabsorption (récupération) du phosphore o différenciation cellulaire (acquisition par certaines cellules de l’organisme de propriétés selon leur fonction) des cellules intervenant dans l’immunité.





La vitamine D est résistante à la lumière, à la chaleur, à l’oxygène et à l’acidité.Les aliments qui en contiennent sont l’huile de foie de morue, le foie de poisson maigre, les poissons gras, l’œuf (plus spécifiquement le jaune), le lait et les produits laitiers non écrémésSa carence entraîne : la décalcification du tissu osseux, un tonus musculaire réduit, une agitation et une irritabilité augmentées.



La vitamine E regroupe 4 substances formant le tocophérol Surprised L'alphatocophérol (le plus actif)
o Le bêtatocophérol
o Le gammatocophérol (ayant une activité vitaminique réduite)
o Le deltatocophérol (quasiment inactif)
Cette vitamine est stockée dans les corps gras, dans les muscles, et est relativement stable à la chaleur, à la lumière et en milieu acide mais très sensible à l'oxydation et aux milieux alcalins. On la trouve dans les huiles végétales, le foie, le lait et le jaune d’œuf.
Elle joue un rôle dans la stabilisation de la membrane cellulaire, l'activité de certaines enzymes, l'agrégation des plaquettes sanguines, la protection des globules rouges contre les substances oxydantes (radicaux libres), le ralentissement du vieillissement cellulaire, la protection contre les maladies coronaires, (Chez le rat, sa carence entraîne une atrophie des testicules avec disparition des spermatozoïdes, un avortement et des troubles portant sur le système neurologique et musculaire).




Les glucides et les fibres ne prennent pas beaucoup de place dans la ration alimentaire des carnivores stricts. En effet, les glucides peuvent être synthétisés par leur organisme à partir des protéines. Du reste, d’instinct, les carnivores stricts recherchent des aliments riches en protéines et pauvres en hydrates de carbone. Ils peuvent complètement vivre sans, et rien ne laisse supposer qu’ils pourraient en avoir besoin. Cependant, les hydrates de carbone sont une excellente source de calories et, de ce fait, un ingrédient qui revient souvent dans de nombreux aliments pour chats ou furets.Les fibres alimentaires, un groupe particulier d’hydrates de carbone, jouent un rôle important dans la digestion humaine - et on le suppose aussi dans celle des carnivores stricts. Des études ont montré que l’apport de certaines fibres, telles que les pulpes, dans les aliments pour chat, contribuent à leur bonne santé gastro-intestinale. Le corps de l’animal transforme immédiatement les glucides en énergie (l'énergie de réserve est stockée sous forme de glycogène). Les fibres facilitent la digestion et la bonne consistance des selles.


Enfin, l’apport de certains minéraux est essentiel au bon fonctionnement de l’organisme des carnivores stricts.Virtuellement indestructibles, les minéraux  sont parfois difficiles à absorber et la présence excessive de l'un d'entre eux peut être toxique. Les sources de minéraux sont le poisson, la viande, le foie, les produits laitiers ou les céréales.
Les minéraux sont des éléments nutritifs inorganiques qui peuvent être divisés en macro- et micro-minéraux (aussi appelés « oligo-éléments »). Les différents minéraux jouent des rôles très distincts dans le métabolisme et le fonctionnement du corps.




Le calcium et le phosphore sont les principaux minéraux impliqués dans la structure des os et des dents, mais l’organisme nécessite également un apport minime en Potassium, Sodium, Chlorure, magnésium, et oligo-éléments tels que fer, cuivre, manganèse, zinc et sélénium.Le Calcium est un élément chimique très abondant dans toute la nature.  il est présent dans le sang rentre dans la constitution osseuse et permet également fonctionnement normal des cellules nerveuses et musculaires.Une partie du calcium de l’organisme est liée aux protéines. La fraction ionisée du calcium (calcium ayant perdu des électrons) intervient dans la régulation du pH de l’organisme (son acidité générale). Ainsi, une diminution du calcium ionisé entraîne au niveau de l’organisme une alcalose, c’est-à-dire une augmentation du pH. Dans le cas contraire, le pH diminue. On retrouve également le calcium de l’organisme sous forme de phosphate ou de citrate de calcium, essentiellement dans le tissu osseux. Ce calcium constitue en quelque sorte le squelette du squelette, c’est-à-dire qu’il rentre pour une grande part dans la solidité de l’os.
En ce qui concerne le tissu musculaire, et tout particulièrement le muscle du cœur, le calcium joue un rôle fondamental puisqu’il permet la contraction des oreillettes et des ventricules. Les ordres donnés aux muscles par l’intermédiaire des nerfs s’exécuteront également par l’intermédiaire de l’ion calcium (atomes de calcium ayant perdu un ou plusieurs électrons).
Il joue un rôle essentiel dans la perméabilité entre les cellules de l’organisme, c’est-à-dire le passage des micros éléments (micronutriments etc.).
Enfin, le calcium participe à de nombreuses étapes de la coagulation sanguine.
Les rations alimentaires ménagères ne suffisent pas en apport de calcium et phosphore . le calcium, dans la nature est fourni pour la plus grande part par les os, et le phosphore par la moelle et la cervelle.



Attention, il est connu que les produits laitiers sont une excellente source de calcium. Il est tout à fait déconseillé de chercher à équilibrer une ration alimentaire ménagère en apportant du calcium par du lait.
Le lait qu'il soit de vache ou de chèvre contient du lactose qui n'est digéré que par peu de carnivores. les carnivores stricts ne possèdent pas l'enzyme qui permet de le décomposer pour en utiliser les éléments séparément. Il n'est donc pas assimilé par l'organisme et provoque des diarrhées (non souhaitables). Un carnivore sevré n'a absolument aucun besoin de lait. c'est une boisson trop riche pour être adaptée à des besoins d'adultes. Ainsi même du lait pour chatons ne doit pas être donné par habitude mais bien de façon sporadique, sous forme de friandise occasionnelle, pour ne pas dire exceptionnelle !

Une alimentation carnée  à base de proies entières couvre donc parfaitement les besoins nutritionnels d’un carnivore strict. Il est possible de s’approcher de ses besoins nutritionnels à l’aide d’aliments ménagers ou industriels, mais cela nécessite des apports supplémentaires précis en calcium, phosphore et certaines vitamines (les hydrosolubles puisqu’elles sont détruites à la cuisson) sous forme plus ou moins médicale. Les dosages n’en sont pas particulièrement évidents.A savoir : le régime végétarien ne peut absolument pas convenir à un carnivore strict. les nutriments contenus dans les végétaux sont composés de trop peu d'éléments utiles en comparaison avec éléments inutiles et nécessitent par surcroit un temps de digestion relativement long car ils sont difficiles à décomposer. Le système digestif des carnivores stricts est particulièrement court (pour un bébé furet, il fait seulement 4 fois la taille de l'animal) il ne leur permet donc pas d'assimiler les aliments à base de végétaux. sauf si ceux ci sont déjà dégradés par la cuisson. Et comme la cuisson détruit une trop grande partie des vitamines, il est impensable de donner à un carnivore strict une ration qui lui serait si peu suffisante. Il est par contre possible mais avec prudence et mesure, de donner de temps en temps de tout petits bouts de "friandises" issus des végétaux, fruits ou légumes, mais en s'assurant au préalable qu'il n'y a pas de risques de toxicité... attention, ce qui est bon pour l'homme peut parfois être du poison pour les animaux.
De plus, la mâchoire d’un carnivore strict , d'un carnassier est conçue pour déchirer la chair et broyer les os, une nourriture exclusivement sèche comme à base de pâtée ne participent pas reellement à l’entretien de la dentition.Il est donc recommandé d'aller dans le sens prévu par Dame Nature...des proies
marion.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Dim 2 Nov 2008 - 12:52    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Furet - Vison Index du Forum » Fiches Info furet, vison » La nourriture, l'alimentation des furets, des visons Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Compare le Net - Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group ¦ Theme: subSilver++
Traduction par : phpBB-fr.com